Conseils

Techniques pour Voyager quand on est Étudiant

Comment voyager quand on est étudiant ?

Aujourd’hui je souhaite revenir sur une des questions que l’ont me pose le plus souvent : comment faire pour voyager lorsqu’on est étudiant.
C’est un toujours un moment de notre vie où on est dans une situation délicate. Être étudiant c’est ne pas avoir beaucoup d’argent et pas beaucoup de temps. Ce qui se révèle être problématiques si on veut voyager.

À travers ce petit article, je vais vous expliquer les différentes méthodes que j’ai eues l’occasion de mettre en œuvre pour pouvoir m’offrir des voyages à travers le monde. À moins de gagner au loto, il n’y a pas de recettes miracles. Mais plutôt un état d’esprit à acquérir et des astuces, et qui, croyez-moi, font la différence.

1/ Trouver du temps

Sûrement la plus grande question de tous les étudiants (et je dirais même de tout le monde) : quand est-ce que je vais pouvoir libérer du temps pour pouvoir partir ?! À cela je répondrai qu’il y a plusieurs solutions envisageable et adaptable en fonction de votre domaine et de vos études dans lesquelles vous vous trouvez.

Premièrement si vous êtes en plein cycle d’étude, il y a toujours au moins une semaine de libérée en novembre, en février, voir même à Noël. Le problème c’est que ces temps libres sont très souvent accompagnés d’une belle semaine de partiel à la rentrée… Comme beaucoup d’étudiants, je pensais qu’il était impensable de me priver d’une semaine d’intense révisions.

Mais en réalité, Il faut “simplement” suffisamment bien s’organiser en amont pour avoir fait ses révisions avant de partir. Si vous révisez régulièrement et assidument vos matières, vous n’aurez aucun problème pour vous accorder une semaine de voyage. De plus, rien ne vous empêche de seulement partir 3 ou 4 jours sur les 7 disponibles, vous libérant ainsi du temps supplémentaire pour réviser. Et pour aller encore plus loin, si vous ne voulez prendre aucun risque, je vous encourage à emporter avec vous quelques fiches pour pouvoir passer une petite heure chaque jour pour finaliser vos compétences.

Également, à moins que vous soyez en alternance, vous avez bien évidemment les 2 mois (voir plus) de vacances d’été. Cependant ce n’est pas la période ou je vous conseille le plus de partir, mis à part quelques exceptions. J’y reviendrai par la suite.

Une seconde solution est également envisageable pour les personnes qui sont en fin de cycle d’étude. Par exemple entre un BTS et une Licence, entre une Licence et un Master, etc. Ou même entre deux ans d’études du même cycle, mais je vous avoue que cela se révèle plus compliqué à négocier avec l’école. C’est sans surprise qu’il s’agit d’une année sabbatique. Pour ceux qui ne le sauraient pas, il s’agit de prendre une année de pause dans les études. Et dans notre cas, il s’agirait d’en profiter pour partir voyager à l’étranger pendant une année.

Enfin, pour tous ceux qui en ont la possibilité : partie étudier en Erasmus. Le principal avantage est de ne pas “perdre” une année dans vos études, car vous les continuez sur place. De plus, vous pouvez avoir accès à de nombreuses aides de la part de vos écoles, villes, départements et régions, qui peuvent financer des bourses. De toutes les personnes dont j’ai eu le retour pour avoir fait une année en Erasmus, 100 % y ont passé la meilleure année de leur vie. Je n’ai qu’une seule chose à vous dire : OSEZ ! Pour ceux que ça intéresse, il y a quelques articles qui sont déjà paru sur le blog à ce sujet. Pour les consulter, je vous invite à cliquer sur ce lien : https://ame-boheme.fr/category/erasmus/

2/ Financer ses voyages

Sûrement le point le plus compliqué et le plus difficile à aborder lorsqu’on est étudiant. Déjà qu’il est difficile de s’acheter des pâtes à la fin du mois, il est légitime de se demander comment réussir à financer un voyage au complet. Je vous propose quelques petits conseils que j’ai réussis à mettre en place pendant mes études.

Premièrement, il va falloir considérablement diminuer les coûts de votre départ. Nous verrons comment faire ça par la suite. Mais cela n’empêche pas que vous avez besoin d’argent pour prendre vos billets d’avions, qui peuvent monter à plusieurs centaines d’euros. Où les trouvés ?

Comme beaucoup d’entre vous je suppose, j’ai longtemps eu un job étudiant que j’exerçai le weekend. Mon petit salaire de caissier du dimanche couplés aux APL et aux bourses m’ont permis de survivre pendant ces trois ans d’études en initiales, avant de devenir alternant.

Dans tous les cas, peut-importe que vous soyez en alternance ou en initiale, pour le coup il n’y a pas des milliers de solutions : économiser.

Mais c’est loin d’être évidant ! Comment faire ?! L’objectif que je m’étais fixé lorsque j’étais encore en initial était de mettre chaque mois 50 à 100€ de côtés. Pour ne pas être tenté d’y toucher, je m’étais créé un second compte en banque ou je me virais l’argent au début du mois afin de les bloqués. Bien évidemment je me restreignais sur les petits plaisirs à côtés : je mangeais des pâtes au beurre tous les jours, avec des lardons et des tomates le weekend, je limitais les sorties en boites, j’ai arrêté de fumer, etc. Bon par contre je n’ai pas diminué les bières. Il ne faut pas abuser non plus.

Ainsi je réussis à me mettre entre 400 et 600€ de côtés tous les 6 mois, ce qui me permettait de partir relativement facile ou je le souhaitais en Europe.

3/ Partir en Workaway (ou Woofing)

Voici une de mes solution préférée pour voyager : le workaway. Tout comme le woofing, il s’agit d’une plateforme en ligne qui permet de mettre en relation des volontaires avec des personnes qui ont besoin d’aide partout dans le monde.

Comment est-ce que ça fonctionne ? Eh bien en échange de plusieurs heures de travail par jours (entre 2 et 5 heures, 5 jours par semaines), vous êtes nourris, logés  et blanchis chez l’habitant. Ce qui permet de radicalement réduire le coup du voyage ! Et ce qui pour le coup vous permet de voyager longtemps (et pendant les deux mois de vacance d’été par exemple). De plus, certain hôtes proposent même des rémunérations.

J’ai eu l’occasion de l’expérimenter par deux fois : la première dans une ferme en 2018 lorsque j’étais à Hawaï pour un mois, et la seconde en 2019 durant un mois également dans un petit camping en plein milieu de la Norvège. Cela c’est révélé être des expériences hors du commun, géniales et réellement enrichissantes. Et c’est avec grand plaisir que je repartirai encore avec ce moyen. Car même si le confort n’est pas toujours au rendez-vous, cela donne accès a des expériences qui d’ordinaire sont impensables.

Comme je le disais précédemment, il existe deux grandes solutions : Workaway et Woofing. Ce dernier ne me plait pas énormément  car il restreint vraiment les recherches aux fermes, tandis que le workaway est étendu à toutes sortes d’activités. Le prix est d’environs 20$ par ans si ma mémoire est bonne. Je reviendrais en détail sur mes précédentes expériences dans d’autres articles. N’hésitez pas a vous abonner a la newsletter pour rater aucune sortie !

4/ Utiliser des comparateurs en ligne

C’est sans doute l’étape qui sera la plus cruciale pour un étudiant : trouver les bons plans. Pour cela il n’y a pas de secrets, il va falloir passer un peu de temps sur Internet à effectuer des recherches.

En ce qui concernent les astuces pour optimiser le prix de votre billet d’avion, j’ai déjà écrit un article a ce sujet. Cliquez ici pour en savoir plus.

Pour ce qui est des bons plans un peu plus globale (par exemple, quelle destination est la moins chère à cette période). J’ai souvent eu recours à Voyage Pirate (et c’est notamment grâce à eux que j’ai découvert Tromso).

Vous êtes dorénavant prêt à partir !

Voilà, je pense avoir fait le tour des petites astuces que j’ai utilisé lorsque j’étais étudiant. Bien sûr ce n’est pas magique. Mais cela permet de s’offrir un ou deux petits voyages par ans, qui font incroyablement du bien. N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous connaissez d’autres astuces, je suis bien curieux de les connaître !

About Author

Designer vivant à New York, je parcours le monde sous toutes ses latitudes.

No Comments

    Leave a Reply